L'UE ouvre une enquête formelle sur l'acquisition d'Arm par Nvidia

0
19

La Commission européenne a ouvert une enquête officielle sur la concurrence concernant l'acquisition par Nvidia du concepteur de puces Arm. L'accord, qui verrait Nvidia racheter la société basée au Royaume-Uni à SoftBank pour 40 milliards de dollars, a été annoncé en septembre 2020.

Dans un communiqué de presse, la vice-présidente exécutive de l'UE, Margrethe Vestager, a déclaré que l'achat d'Arm par Nvidia pourrait rendre plus difficile l'accès à la technologie d'Arm pour les autres fabricants, nuisant à une grande partie de l'industrie des semi-conducteurs (qui est déjà confrontée à des problèmes d'approvisionnement). Au cœur des préoccupations se trouve la neutralité d'Arm. Arm concède sous licence ses conceptions de puces à un large éventail de sociétés, notamment Apple, Samsung et Qualcomm, dont beaucoup sont en concurrence les unes avec les autres et avec Nvidia. On craint que le fait que Nvidia contrôle Arm puisse désavantager les concurrents de Nvidia.

Les régulateurs ne croient pas Nvidia sur parole qu'il gardera Arm ouvert

Le PDG de Nvidia, Jensen Huang, a déclaré que cela n'arriverait pas et s'est engagé à maintenir le modèle de licence ouverte d'Arm. Mais les critiques de l'accord craignent que les régulateurs ne soient pas en mesure de forcer Nvidia à rester neutre indéfiniment, a rapporté le Financial Times en février. Selon le communiqué de presse de l'UE, Nvidia a soumis des engagements pour tenter de répondre à certaines de ces préoccupations, mais la commission a décidé qu'ils étaient « insuffisants pour écarter clairement ses sérieux doutes quant à l'effet de la transaction ».

L'UE prévoit également d'étudier comment l'accord pourrait affecter la façon dont les concurrents partagent des informations avec Arm, et si Nvidia pourrait modifier le financement de la recherche et du développement d'Arm pour rendre ses produits plus rentables, au détriment de ceux qui utilisent les autres technologies d'Arm.

Nvidia et Arm s'attendaient à des enquêtes réglementaires comme celle-ci et prévoient que l'accord pourrait prendre 18 mois. Il est peu probable que l'enquête de l'UE soit le seul contrôle réglementaire auquel l'accord soit confronté. L'Autorité britannique de la concurrence et des marchés a recommandé sa propre enquête approfondie en août, après avoir demandé à des tiers de commenter la fusion. Selon le Financial Times, les régulateurs des États-Unis et de la Chine pourraient également examiner formellement l'accord. Par ailleurs, le Royaume-Uni enquête également sur ses implications potentielles pour la sécurité nationale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here