Uber a obtenu une licence de 30 mois pour continuer à opérer à Londres

0
141

Uber a obtenu une licence de 30 mois – ou de deux ans et demi – pour maintenir ses services de covoiturage opérationnels à Londres, selon un rapport de la BBC. Cela marque la fin d'une longue bataille avec l'agence de transport de la ville, Transport for London (TfL), sur les protocoles de sécurité d'Uber.

“Nous sommes ravis d'annoncer que @TfL a accordé à Uber une nouvelle licence de 30 mois à Londres”, a annoncé Uber dans un tweet samedi matin. “TfL maintient à juste titre notre industrie aux normes réglementaires et de sécurité les plus élevées et nous sommes ravis d'avoir atteint leur barre haute.”

Uber a d'abord perdu sa licence d'exploitation à Londres en 2017 après que TfL a accusé l'entreprise de démontrer “un manque de responsabilité d'entreprise” avec des “implications potentielles en matière de sécurité publique”. Il a cité les lacunes de l'entreprise en matière de signalement d'infractions pénales, de vérification des antécédents des conducteurs, d'obtention de certificats médicaux, et a également évoqué l'utilisation présumée par Uber de Greyball, un logiciel qui cachait le service de covoiturage aux régulateurs.

La société a ensuite remporté un appel de 15 mois devant le tribunal, pour se voir à nouveau retirer sa licence en 2019 après que TfL a déclaré que la société n'était toujours pas “apte et appropriée” pour opérer dans la ville. En 2020, un juge a accordé à Uber une licence pour opérer à Londres pendant 18 mois malgré les “défaillances historiques” de l'entreprise. Au fil des ans, Uber a ajouté un certain nombre de fonctionnalités de sécurité, notamment un bouton de panique intégré à l'application, un moyen pour les passagers de signaler à leurs chauffeurs un comportement dangereux, ainsi que la possibilité pour les chauffeurs et les passagers d'enregistrer de l'audio pendant les trajets.

L'année dernière, Uber a perdu une bataille juridique au Royaume-Uni sur le statut d'emploi de ses chauffeurs, obligeant l'entreprise à commencer à classer ses chauffeurs basés au Royaume-Uni en tant qu'employés, leur accordant le salaire minimum, payé vacances et autres avantages.

“Alors que nous continuons à desservir Londres, nous restons concentrés sur l'amélioration des normes de l'industrie dans tous les domaines”, a ajouté Uber. “Il s'agit notamment d'offrir aux conducteurs les avantages et les protections qu'ils méritent, de garantir que tous les Londoniens peuvent se déplacer en toute sécurité et de devenir une plate-forme entièrement électrique d'ici 2025.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here